L’usage du livre numérique dans les bibliothèques municipales entre la France et l’Amérique du nord

Il est clair qu’aujourd’hui le développement technologique a pu toucher tous les domaines existant dans le monde entier. Ces nouvelles technologies ont bien facilités plusieurs tâches que le corps humain n’arrive pas le faire ou ils trouvent des difficultés à les mettre en place. Parmi les domaines touchés par cet effet est le monde des sciences de l’information et des bibliothèques, ces structures qui traite ce genre de domaine trouvent toujours des problèmes dans la conservation de tous les documents qui possèdent vu l’espace restrictif de leurs locaux, et donc ils ne trouvent aucun choix sauf de désherber les anciens documents. Les livres numériques ou électroniques sont bien parmi les inventions qui sont sortis de ces nouvelles technologies dans le monde des bibliothèques. Un seul livre numérique peut conserver plusieurs et plusieurs documents papier, et donc même pas la peine de désherber ces documents ou au moine avoir une copie électronique après le désherbage de ces documents papiers.

Les bibliothèques ont bien accueillis le format numérique des documents vu les avantages qui possèdent pour la conservation, le surpeuplement des livres dans les étagères et aussi pour faciliter la transportation de ces documents soit par les bibliothèques ou par les usagers. Certaines bibliothèques ont bien réussis de mettre en place ce type de document dans leurs bibliothèques, mais d’autres trouvent toujours des difficultés à le mettre en place.

En outre, si les bibliothèques municipales accueils cette nouvelle tendance vu les différents atouts qui possèdent pour le bon fonctionnement de leurs structures, est-ce que les usagers qui ont toujours pris l’habitude de travailler avec des documents papiers peuvent passer au bonne usage des formats numériques des documents ? Et est-ce qu’on peut dire aussi que le format numérique des documents peuvent remplacer définitivement les documents papier ou il restera toujours comme un complémentaire du livre papier ?

En France, il y a un vrai retard dans l’utilisation des livres électroniques dans les bibliothèques municipales par les usagers, et ça revient à plusieurs facteurs qui freinent le développement de ce format de document et rende le livre numérique de moine au moine utilisable par le public. Pourtant ce n’ai pas un problème d’équipement auprès des usagers. « Près d’un Français sur deux (49%) est équipé d’un smartphone en 2015, contre 46% en 2014, et trois personnes sur dix disposent d’une tablette tactile (34%), contre 29% en 2014, d’après une étude publiée en février par GfK. Il faut ajouter à cela les 350.000 liseuses vendues en 2014 (comme le Kobo de la Fnac ou le Kindle d’Amazon), ce qui représente selon GfK un parc installé de 950.000 liseuses à fin 2014, soit 3,4% des foyers ». Et donc à partir de ces statistiques on remarque que la plus part des français utilisent les supports qui fonctionnent pour la lecture des livres numériques mais pour d’autres fonctionnalités que la lecture.

Au niveau des usagers, la population française compterait environ 15 % de lecteurs des livres numériques dans les bibliothèques municipales, un chiffre à ne pas négliger vu qu’il y a une part de croissance significative puisque le même baromètre n’en recensait que 5% en 2012. A l’opposé les Français sont encore d’un chiffre de 78% à ne pas envisager de lire des livres numériques, et ça représente la part la plus grande du peuple français qui néglige ce format de livre, et qui n’essaye même pas de pensés à l’utiliser. A noter aussi qu’une autre enquête, plus récente, menée en juin 2014 par l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), situe la proportion des lecteurs numériques à niveau légèrement inférieur (11%). Le panel était composé de 3000 personnes de 15 et plus.

Parlant maintenant de l’offre proposée par les bibliothèques municipale en France qui traine toujours dans un niveau insuffisant par rapport à d’autre pays. Dans les derniers statistiques faites en 2013-2014, 23% des bibliothèques municipales en France qui proposent des ressources numériques, et parmi ces 23%, y a que 48 % qui proposent des livres numériques. Ce faible chiffre revient à une négligence terrible par rapport aux bibliothèques municipales qui proposent des budgets insuffisants pour l’achat de ces livres, et cela frein l’utilisation de ce genre de format soit par le public qui l’utilise déjà ou le public qui envisage de l’utilisés, vu que dans ces recherches ils ne trouvent pas toujours les différents ressources souhaiter.

Le projet PNB « prêt numériques en bibliothèques » vient pour faciliter l’utilisation du livre numérique par les usagers en s’associent une ou plusieurs bibliothèques avec des libraires partenaires pour proposer une sélection de livres numériques, qu’elles peuvent acheter et intégrer à leurs collections. Il a pour but aussi de mettre le livre numérique prêtable gratuitement à tout usager, dès lors qu’il est inscrit à la bibliothèque, et cela peut jouer un rôle important dans le cadre de supprimer l’obstacle des prix qui frein plusieurs usagers et encourage le public à lire de plus en plus des livres numériques vu qu’ils seront disponible gratuitement.

A partir de ce qu’on a vu avant, en peut conclure que la lecture du livre électronique dans les bibliothèques municipales en France et très faible par rapport à d’autres pays dans le monde, soit des pays voisins (Espagne, Allemagne, Italie) ou d’autres pays très développer dans ce domaine (Etats-Unis, Canada). Et donc à partir de cela, est-ce qu’on peut dire que les ressources insuffisantes proposées par les bibliothèques municipales sont eux qui frein la lecture ? Ou la faible utilisation du livre numérique par les usagers qui frein les bibliothèques de dépensés ces ressources monétaires dans l’achat de ce format de livre ?

Si on voyage à l’autre côté du monde, les bibliothèques municipales en Amérique du nord est de loin les bibliothèques les plus avancés en termes de développement du prêt de livre numériques. Notamment lié au développement précoce d’une plate-forme numérique (Overdrive) puis au développement d’un parc de liseuses (en partie grâce à Amazone).

En termes de chiffre, 82% des bibliothèques américaines offraient à leurs utilisateurs un service gratuit de prêt de livres numérique, ce qui montre le haut niveau de pénétration de ce service dans les bibliothèques américains. Cette forte augmentation de développement de ce service pousse le public d’utilisé de plus en plus des livres numériques, et cela était constaté par 66% des bibliothèques américains qui disent avoir remarqué une forte augmentation des demandes dans cette matière.

A partir de ces chiffres, on remarque qu’il y a une interaction positive entre les usagers et les bibliothèques, vu que le développement de ce service par les bibliothèques à augmenter le nombre des lecteurs des livres numériques, et ça explique que le frein principal de la lecture auprès des usagers est la faiblesse des offres.

Ce qui produit cette forte lecture des livres numériques c’est l’adhérassions de la moitié du peuple américains à des bibliothèques publiques, 58% de plus de 16 ans disposent d’une carte d’adhérent, ce qui implique leurs dispositions de tous les ressources numériques proposés par les bibliothèques, ce qui leurs poussent à lire ce format de livre.

Enfin et de manière générale, on peut constater que le livre numérique n’était pas très accueillis par certains usagers vu leurs habitude avec le support papier, et donc le passage d’un support papier à un support numérique et une action quasi-impossible pour eux. En outre, on remarque qu’il y a un grand développement dans les services du prêt des livres numériques dans les bibliothèques d’Amérique du nord par rapport à celle du France ce qui produit une grande différence de lecture de livre numérique entre les lecteurs des deux pays. Et donc en peut conclure à la fin que la présence de l’offre produit l’augmentation de lecture.

 

Razzouq AMZIL

Master 1 PBD, ENSSIB

Bibliographie :

  • Soual, Laurent. Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives. Editions du cercle de la librairie, 2015.
  • Pirolli, Fabrice Le livre numérique au présent : pratiques de lecture, de prescription et de médiation. Editions université de Dijon, 2015
  • Bruno, Texier. Prêt d’ebooks en bibliothèque : il y a un vrai retard en France ! Archimag, Avril 2015
  • Laurent, Soual. Bibliothèque : tout savoir sur le projet PNB. Archimag, Octobre 2015
  • Département Recherche, Etudes et Veille (DREV). Etude des perceptions et usages du livre numériques – synthèse des résultats quantitatifs et qualitatifs. Octobre 2014
  • Le ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industries culturelles/ service du livre et de la lecture. Etude sur l’offre commerciale de livres numériques à destination des bibliothèques de la lecture publique. Rapport final Mars 2013
  • Laura Girmscheid and Barbara Genco. Survey of Ebook usage in U.S public libraries. Edition Research : LIBRARYJOURNAL / School Library Journal. Septembre 2015

Sitographie :

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s